Méthodes de forage

Les principales méthodes de forage sont indiquées ci-dessous :

  • Marteau fond trou : cette méthode de forage utilise la percussion assortie d’une poussée sur l’outil qui se trouve lui-même en rotation. L’énergie utilisée pour actionner cet outillage est l’air comprimé à haute pression (10-25 bars).
     > méthode adaptée pour la recherche hydrogéologique en terrains durs.
  • Odex : Identique à la technique marteau fond de trou avec tubage à l’avancement
     > permet de forer avec la méthode marteau fond de trou dans un contexte géologique peu stable
  • Rotary : cette méthode utilise un outil (trépan) monté au bout d’une ligne de sonde (tiges vissées les unes aux autres), animé d’un mouvement de rotation de vitesse variable et d’un mouvement de translation verticale sous l’effet d’une partie du poids de la ligne de sonde ou d’une pression hydraulique.
     > la profondeur de forage peut être très importante, par ailleurs la foration n’est pas perturbée par les terrains peu stables ou plastiques (argiles)
Méthode Rotary (Source : BRGM) -  voir en grand cette image"
Méthode Rotary (Source : BRGM)
  • Carottage : cette méthode consiste en la réalisation d’un ouvrage à l’aide d’un outil spécial, le carottier, destiné à récupérer la formation en place sans destruction.
     > permet une observation géologique optimale des terrains traversés, mais le coût est élevé et le diamètre de forage réduit constituent des contraintes fortes. Méthode généralement non utilisée en forage d’eau.
  • Tarière : le forage à la tarière fait intervenir un outil de type « vis sans fin », qui permet de traverser des terrains meubles et d’observer facilement les matériaux qui sont remontés avec la tarière.
     > permet une observation géologique des terrains traversés.
Forage à la tarière (Cliché BRGM) -  voir en grand cette image"
Forage à la tarière (Cliché BRGM)
  • Battage  : cette méthode consiste à soulever un outil lourd (trépan) et à le laisser retomber sur le terrain à traverser. La hauteur et la fréquence de chute varient selon la dureté des formations.
     > procédé simple et relativement peu coûteux, bien adapté aux terrains fissurés (pas de pertes), mais la vitesse d’avancement est faible, mais la méthode est peu adaptée pour les terrains peu stables ou plastiques.
  • Havage : plus connue sous le nom de procédé Benoto, dans ce type de forage par curage ou havage, les tubages pénètrent dans la formation sous l’effet de leur propre poids ou sous l’action de vérins hydrauliques. Une benne « preneuse » vide progressivement l’intérieur du tubage tant que celui-ci se trouve au-dessus du niveau statique. En-dessous du niveau statique, l’emploi d’une soupape est recommandé.
     > méthode adaptée pour des ouvrages de gros diamètre en terrains alluvionnaires (formations meubles).

Revenir en haut