Géologie et hydrogéologie

Le bassin d’Evre Thau est situé en grande partie sur les terrains du Massif Armoricain appartenant à l’unité des Mauges.

Géologie

L’unité des Mauges est constituée pour l’essentiel de micaschistes (à chlorites et séricite au Nord, albitiques à deux micas au Sud) d’âge précambrien et métamorphisés lors de l’orogénèse Cadomienne. Dans la partie centrale du bassin, ces micaschistes contiennent la formation de Beaupréau, qui correspond à d’anciennes roches volcaniques basiques (schistes ou métagrauwackes). Une importante part de la surface du plateau des Mauges est recouverte par une épaisse couche d’argile (20 mètres en moyenne), qui résulte de l’altération des micaschistes durant l’ère tertiaire. Localement, des sables et graviers les recouvrent.

Carte géologique du SAGE Evre-Thau -  voir en grand cette image"
Carte géologique du SAGE Evre-Thau

Au Sud du bassin, on retrouve des terrains appartenant au Paléozoïque (rhyolites essentiellement) par la présence du synclinal du Chotelais. Plusieurs massifs de roches plutoniques affleurent à cet endroit : granites de saint-Léger, la Limière et de Millet, méta-micro-granite de Thouars, diorite quartzitique et granodiorite de Vezins.

Tout au Nord du bassin, on retrouve une formation de nature gréso-pélitique (synclinal d’Ancenis) datant du Dévonien supérieur au Carbonifère inférieur.

Hydrogéologie

Aucune formation sédimentaire n’est présente sur le territoire du SAGE Evre-Thau. Les formations du socle sont composées soit de roches métamorphiques (micashistes et schistes) soit de roches plutoniques (granites, diorites). Dans ces formations, l’eau circule à la faveur des fissures et des fractures, dont l’importance est liée à la déformation. Les altérites supérieures, lorsqu’elles sont présentes, constituent quant à elles la majeure partie du réservoir de l’aquifère.

Hydrogéologie Evre Thau -  voir en grand cette image"
Hydrogéologie Evre Thau

Dans le cas présent, les altérites issues de l’altération des micaschistes de l’unité des Mauges sont de nature silto-argileuse, et ont pour caractéristiques une très faible perméabilité mais une porosité notable, en particulier dans leur moitié inférieure (isaltérites). Elles font une épaisseur moyenne de 20 mètres. Ainsi, la réalimentation de la nappe serait assez longue, mais l’aquifère capable de contenir une bonne quantité d’eau.

Les schistes sous-jacents sont très fracturés dans leur partie supérieure, et le degré de fracturation décroît régulièrement vers le bas. Les 15-20 premiers mètres supérieurs sont les plus fracturés et constituent d’autre part une zone de recharge pour la nappe. A partir de 50 mètres sous la base des altérites, la fracturation devient très faible. Les forages implantés dans ces schistes, à une profondeur moyenne de 40 mètres environ (entre 6 et 100 mètres) mettent en évidence des débits d’exploitation allant de 0 à 20 m3/h, avec une moyenne aux alentours de 4-5 m3/h.

La moyenne des débits obtenus dans les formations des rhyolites du Choletais est environ de 6 m3/h et d’un peu moins de 2 m3/h dans les granodiorites.

Revenir en haut

SAGE Evre-Thau