Géologie et hydrogéologie

Le bassin de Grand Lieu s’est formé durant le Tertiaire par la déformation du Massif Armoricain à la suite de la collision Alpine. Il s’agit d’un bassin d’effondrement dont les formations sédimentaires sont datées de l’Éocène au Pliocène.

Géologie

Le socle cristallin est majoritairement constitué par des gneiss, schistes (au Nord-Ouest et au Nord-Est) et micaschistes (Sud-ouest du bassin) avec quelques intrusions granitiques (granite de Legé, de la Roche-sur-Yon). Le gneiss est souvent associé à des amphibolites ou à des éclogites, ce qui témoigne de l’intensité du métamorphisme lié aux intrusions. L’ensemble est affecté par des accidents NW-SE, responsables de la présence de blocs soulevés ou affaissés (ex : zones d’effondrement de Grand-Lieu et de l’Ognon).

Carte géologique du SAGE Logne, Boulogne, Ognon et Lac de Grand Lieu -  voir en grand cette image"
Carte géologique du SAGE Logne, Boulogne, Ognon et Lac de Grand Lieu

Les formations sédimentaires que l’on rencontre dans le bassin datent essentiellement de l’Éocène, du Miocène et du Pliocène, et se sont déposées lorsque toute la région était submergée. Elles recouvrent dans les bassins les formations du socle et sont restées piégées lors du retrait de la mer. Leur épaisseur est très variable. On retrouve ces sédiments notamment au nord et à l’est, ainsi qu’à quelques endroits à l’ouest. Le Pliocène supérieur est constitué essentiellement de sables et de galets de quartz et de silex. Au-dessus, on peut retrouver des sables, des argiles et calcaires à silex (Pliocène-Redonien), puis des calcaires faluniens (Miocène-Helvetien), des sables et des calcaires sableux, grès siliceux, ou des argiles noires (à partir de l’Éocène).

Hydrogéologie

Les ressources en eaux souterraines sur le territoire du SAGE sont quasiment restreintes à la nappe profonde située dans les formations tertiaires au niveau de la dépression du lac. Les alluvions et les formations de socle peuvent néanmoins être localement intéressantes, selon le degré de fracturation et d’altération de la roche.

Hydrogéologie Logne Boulogne -  voir en grand cette image"
Hydrogéologie Logne Boulogne

Dans les formations de socle, il peut y avoir présence d’eau si le degré d’altération et de fracturation est suffisant. Tandis que l’horizon altéré joue un rôle de stockage, les différentes fractures ont quant à elles pour rôle de permettre la circulation de l’eau. Sur la feuille de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, les ouvrages implantés dans le socle ont donné des débits hétérogènes, ne dépassant pas quelques dizaines de m3/heure. Ceci traduit donc que cette ressource est peu exploitable.

La nappe située sous le lac de Grand-Lieu est considérée comme la ressource en eau souterraine la plus intéressante du bassin. L’aquifère est constitué de haut en bas par un premier dépôt de tourbe ou d’argile tourbeuse de 0.5 à 8m d’épaisseur, puis d’un niveau sableux de 18 à 27 m d’épaisseur qui peut contenir des bancs de calcaires et de grès ainsi que des niveaux argileux. Le volume d’eau de la nappe est estimé à environ 90 millions de mètres cubes selon le Service Hydrogéologique départemental de Loire-Atlantique mais la qualité de l’eau n’est pas satisfaisante. Cette nappe d’eau souterraine ne sert d’ailleurs pas à l’alimentation en eau potable et très peu à l’irrigation. Elle permet néanmoins d’obtenir des débits intéressants (de plusieurs dizaines de m3/h) mais sa productivité reste variable dans l’espace, rendant ainsi la recherche d’eau souterraine aléatoire.

Les autres formations tertiaires situées dans les autres dépressions le long de la vallée de l’Ognon et particulièrement celle localisée au nord de Montbert, les secteurs situés au sud et à l’ouest de Geneston ainsi que le secteur du Maupas au sud de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, ont également des épaisseurs conséquentes. De ce fait, elles sont potentiellement intéressantes même si elles sont certainement variables dans l’espace également.

Les alluvions sont dans le cas présent difficilement distinguables des formations tertiaires et des colluvions de fonds de vallon. Elles sont donc considérées comme formant avec ces derniers un même ensemble.

Revenir en haut

SAGE Logne, Boulogne, Ognon et Lac de Grand Lieu